Des informations utiles concernant l’infection urinaire

infection urinaire

Publié le : 29 décembre 20206 mins de lecture

Plusieurs organes peuvent être touchés par l’infection urinaire. L’infection se propage au niveau de la vessie et affecte le plus fréquemment les femmes pour des raisons anatomiques de leur appareil urinaire. Une fréquente envie d’uriner et des brûlures lors des mictions constituent les principaux symptômes des cystites. Elles se traitent par des antibiotiques car des bactéries sont souvent la cause de l’infection. Dans la grande majorité des cas, il s’agit donc d’une infection banale et sans gravité.

L’infection urinaire, c’est quoi ?

Liée à une maladie de la vessie ou une infection de l’urine, la cystite est une inflammation chronique ou aigüe de la paroi de la vessie. Touchant surtout les femmes, cette infection urinaire est causée par la prolifération de bactéries dans le circuit urinaire. Le risque est assez faible chez l’homme, il augmente toutefois en cas de maladie de la prostate. Ces bactéries, plus précisément Escherichia coli, sont naturellement présentes dans l’intestin et sont sans gravité. Elles se retrouvent dans les voies urinaires en migrant du rectum à l’urètre.

Il s’agit de la cystite aigüe microbienne lorsque ces bactéries remontent dans la vessie et entrainent une inflammation de la paroi vésicale. D’autre part, les cystites non-microbiennes provoquent des atteintes non-infectieuses de la vessie avec des symptômes similaires. Causées par la prise de certains médicaments ou des pathologies gynécologiques ou digestives, ils peuvent s’agir de cystite interstitielle ou des tumeurs comme la maladie de la paroi de la vessie.

La complication de l’infection peut entrainer l’inflammation des reins ou pyélonéphrite. En effet, la remontée des bactéries de la vessie vers les reins est une conséquence d’une complication d’une cystite non traitée. Pour trouver plus d’informations, allez sur femannose.com/

Comment reconnaître les symptômes d’une infection urinaire ?

Des symptômes cliniques tels que la pollakiurie, le besoin impérieux, la dysurie, ou l’hématurie sont caractéristiques de l’infection urinaire basse ou cystite. Les malades se plaignent souvent de douleurs dans la vessie, d’un besoin d’uriner trop fréquent et de l’impériosité de ce besoin. De plus, les patients présentent, symétriquement à droite et à gauche, une douleur dans les lombaires. L’inflammation de la vessie est à l’origine de tous ces signes et peut même provoquer une sensation de brûlure en urinant.

Les voies urinaires vont être envahies et les bactéries vont continuer à se multiplier si l’infection n’est pas traitée. L’infection peut évoluer vers une pyélonéphrite qui est un problème plus grave affectant les reins. Plusieurs symptômes peuvent accompagner une infection des reins comme des douleurs intenses aux organes sexuels, dans l’abdomen ou dans le bas du dos, une fièvre élevée, des vomissements ainsi que des frissons. Une altération de l’état général peut survenir. Bref, en cas de signes d’infection urinaire, il est nécessaire de consulter un médecin.

Quel est le traitement pour les infections urinaires ?

La prise d’antibiotiques est nécessaire pour traiter l’infection urinaire. Un traitement antibiotique court de la famille des pénicillines ou des quinolones pendant 3 jours est prescrit généralement en cas d’urétrite ou  de cystite simple. Le médecin peut également prescrire un antiseptique urinaire pendant 10 jours ou un traitement en une seule prise. La plupart des germes responsables des cystites aigües sont sensibles à cette dose unique.

D’autre part, des antibiotiques pendant 2 à 3 semaines doivent être habituellement pris en cas de pyélonéphrite aigüe. Les résultats de l’antibiogramme déterminent l’antibiothérapie que doit subir le patient. Une hospitalisation pour surveillance médicale intensive est indispensable si le malade présente une fièvre importante, toute forme de complication ou dans le cas d’une altération de l’état général.

Afin de favoriser l’élimination des bactéries, il est important de boire beaucoup d’eau durant le traitement.

Quelles sont les préventions contre les infections urinaires ?

Afin de réduire les chances que les bactéries responsables des infections urinaires arrivent jusqu’à l’urètre, il faut adopter des mesures préventives. Certaines mesures permettent également d’empêcher les bactéries de se proliférer si elles y parviennent. Il faut ainsi boire beaucoup de liquide particulièrement une quantité importante d’eau. Puis, il faut aller aux toilettes et ne pas attendre trop longtemps lorsqu’on a envie. Avoir une bonne hygiène quotidienne de la région vulvaire et anale est indispensable surtout avant une relation sexuelle. Il faut adopter les bons gestes comme uriner après avoir eu une relation sexuelle, changer de protection hygiénique fréquemment lors des règles ainsi que s’essuyer de l’avant vers l’arrière. Enfin il faut porter des sous-vêtements en coton.

Le traitement des infections de la vessie avec des antibiotiques sert à prévenir la pyélonéphrite. Toutefois, se traiter soi-même est déconseillé. Parfois, la prévention médicamenteuse est prescrite par les médecins pour les infections urinaires récidivantes.

Plan du site